GANGBAN AU BÉNIN : UN PROJET EN CONSTRUCTION POUR 5000 HABITANTS, 1059 ÉLÈVES, LE CENTRE DE SANTE/MATERNITÉ, ET LE CENTRE D’ACCUEIL DES HANDICAPES

« Ce n’est pas de la pauvreté, c’est de la misère… »  ainsi s’exprime Zacharie Kpossou, curé de la paroisse de de Gangban, l’auteur de la demande d’appui adressée à SES, et l’élément moteur du village.

Une mission exploratoire de Solidarité Eau Sud au Benin dans le  village de GANGBAN a été organisée : sur la rive gauche du fleuve Oumé et à 32 km de Porto-Novo et à 62 km de Cotonou

  • Le village de Gangban est établi :
  • •             En rive gauche du fleuve Ouémé,
  • •             Dans un méandre convexe du fleuve
  • •             Sur un cordon alluvial
  • •             Dans son lit majeur

Le village de Gangban, est isolé une partie de l’année en raison des inondations et de la longueur des périodes de décrue et de l’assèchement du terrain.

Zacharie Kpossou est le curé de la paroisse de Gangban, l’auteur de la demande d’appui adressée à SES, et l’élément moteur du village.

La société de distribution d’électricité (SBEE) refuse, pour des raisons de sécurité, de desservir Gangban qui est inondable. Des fils électriques suspendus à des poteaux de fortune venant de compteurs installés dans des maisons du village voisin surélevé alimentent en pseudo-clandestinité quelques maisons de Gangban

Très peu de maisons en dur un peu surélevée offrent un refuge correct aux inondations. Le tout donne une impression de très grande pauvreté.

Dans l’eau et sur la plage règne une intense activité : on se lave, on lave le linge et les aliments…Pas de notion d’hygiène mais surtout aucune autre possibilité, le village n’ayant rien d’autres que le fleuve et quelques puits de surface insipides comme source d’eau.

Les 3 directeurs de groupes de l’école primaire déplorent l’absence de point d’eau pour 859 élèves ! Le puits de surface à l’extérieur fait par un entrepreneur pour les besoins de travaux de construction, envahi lors de chaque crue et sans aucune protection est totalement pollué.

En limite sud du village les 3 modules du collège (de la 6ème à la seconde comprise) sont implantés dans les bas-fonds encore derrière la route et séparés de 200m chacun. Seul les 2 premiers (notés Collèges 1 et 2 sur le repérage) semblent utilisés. Il y aurait de l’ordre de 200 élèves dans le collège. Pas de latrines visible et encore moins de point d’eau.

Le projet

 Le projet étudié par SES est un projet d’alimentation en eau du village de Gangban (5000habitants) à partir de la nappe aquifère artésienne située à 290m de profondeur

Il nécessite un forage profond, de gros diamètre pour permettre un tubage conséquent (diamètre : 110 ou 140 mm) en PVC épais.

Le besoin de la population est de 100 m3/j Une douzaine de bornes fontaines à 3 points d’eau réparties dans le village devraient permettre un approvisionnement correct de tous les villageois qui devront être tous à moins de 150m d’un point d’eau. Par ailleurs des points d’eau seront prévus pour tous les établissements publics : école maternelle, école primaire, collège, centre de santé, centre d’accueil des handicapés.Schéma de principe des installations :

L’eau du forage se déverse dans un réservoir au sol  de 50 m3. On appliquera à l’intérieur un revêtement souple et étanche comme dans les châteaux d’eau. Il faudra tenir compte pour la structure et les équipements de la température de l’eau qui est de l’ordre de 40°c à la sortie du forage. Le trop plein sera dirigé vers l’Ouémé par un exutoire.

En 1ère phase du projet, seule une borne-fontaine à 10 points d’eau, alimentée gravitairement par le réservoir au sol sera disponible.

En deuxième phase, un château d’eau de 40 m3 sera construit à proximité du réservoir au sol. Un système de pompage électro-solaire alimentera ce château à partir du réservoir au sol, puis l’eau sera distribuée gravitairement aux bornes-fontaines réparties dans le village.

Schéma de distribution de l’AEV (système d’Adduction d’Eau Villageoise) de Gangban

  • Distribution de l’eau potable  dans le village :

A terme, c’est-à-dire après la 2ème phase de travaux, l’AEV de Gangban comportera 13 bornes fontaines (BF) destinées aux habitants et des points d’eau particuliers (PEP) dans les établissements publics tels que les établissements scolaires, le centre de santé/maternité  et le centre d’accueil des handicapés . Toutes les BF et tous les PEP seront munis de compteurs.

  • Assainissement

On prévoira enfin 4 blocs de latrines à double fosses ventilées 4 places pour les  établissements publics et 4 blocs à répartir dans le village à titre expérimental. Ces latrines seront spécialement conçues pour les zones inondables

  • Le mode de gestion participatif de l’AEV que nous avons proposé est aujourd’hui en discussion avec les sages et les villageois. Cette enquête menée par Zacharie Kpossou est un bel exemple, si elle aboutit de « participation citoyenne » souhaitée par les financeurs, d’autant que cette organisation n’a d’autre but que d’assurer la pérennité du projet à moyen et long termes qu’on nous demandera de démontrer.
  • Enfin, le projet (alimentation en eau potable à proximité des habitations) bénéficie essentiellement aux femmes ce qui « réduit les inégalités de genre « ,