Projet de Sangoulema (Burkina Faso 2014-2019)

Posté dans : Fiche projet
Projet de Sangoulema (Burkina Faso 2014-2018

Commune de Bama : eau potable et assainissement

Historique

  • Décembre 2014 : demande SEEPAT / CVD
  • Mission d’étude de mars 2015 / SES + SEEPAT: recueil de données, évaluation du besoin, contacts institutionnels, contenu et montage du projet
  • Recherches de partenaires financiers pour phase 1 : d’avril 2015 à décembre 2015
  • Réalisation phase 1 : de septembre 2016 à septembre 2017
  • Recherches de partenaires financiers pour phase 2 : de novembre 2017 à décembre 2018
  • Réalisation phase 2 : de janvier 2019 à mai 2019

Carte d’identité de Sangouléma

  • situé à 8 km de Bama
  • 3200 habitants dont 50 % mineurs
  • Bourg de Sangouléma + 4 hameaux (Bassiama, Douaville, Tanmiga, Bazoma)

Constats en 2015

Pour l’alimentation en eau potable :

  • aucun point d’eau moderne en fin de saison sèche => Approvisionnement sur forage CSPS et bas-fonds.
  • forage CSPS équipé d’une pompe manuelle Volanta utilisée par les villageois.
  • puits traditionnels et des puits à grand diamètre taris
  • méthodes de puisage à la puisette : manque d’hygiène
  • fréquence élevée des cas de diarrhées, notamment chez les jeunes enfants
  • école de Sangouléma (400 enfants) non alimentée en eau potable.
  • en l’absence de sensibilisation, les pratiques villageoises de stockage, de conservation et d’utilisation ne garantissent pas la qualité de l’eau consommée.

Pour l’assainissement :

  • Latrines pratiquement absentes ; 90 % des villageois défèquent dans la nature => milieu naturel est largement contaminé
  • Les rares latrines très sommaires, en mauvais état.
  • L’école de Sangouléma : pas de latrines.

Evaluation des besoins

  • Pour l’eau potable : 20 l/j/personne. 1 point d’eau moderne pour 300 hab
  • Pour l’assainissement : 1 latrine par ménage / max 10 personnes
  • Meilleure sensibilisation des villageois aux questions d’hygiène, de la gestion de l’eau et de la gestion des excrétas et des déchets solides

Projet en plusierus phases

  • Phase 1 (achevée en septembre 2017)
    Village : 4 PMH installées sur 2 puits réhabilités fermés
    Ecole : 2 PMH installées sur puits réhabilité fermé
    60 latrines familiales + 9 latrines école + 4 lavabos école
  • Phase 2 (en cours)
    Bassiama : 1 puits réhabilité fermé équipé de 2 PMH
    Tanmiga : 1 nouveau puits fermé équipé de 2 PMH
    50 latrines familiales, douches familiales
    un système de potabilisation de l’eau au Centre de santé
  • Pour chacune des 2 phases
    Sensibilisation des villageois concernés
    Formation de l’équipe de gestion
    Renforcement capacités institutionnelles et société civile

Budget

  • Phase 1 : 75 000 € (réalisé à 100 %)
  • Phase 2 (prévisionnel) : 78 000€

Financements / Phase 1

  • Mairie de Bama (dans le cadre des prévisions du PCD) 8 %
  • Villageois (prestations valorisées) 8 %
  • Ville de Paris : 32 %
  • Métropole du Grand Lyon : 32 %
  • Agence des Micro-Projets : 20%

Financements / Phase 2

  • Mairie de Bama : 3,4%
  • Villageois (prestations valorisées) : 7,6 %
  • Métropole du Grand Lyon : 64,1 %
  • Fondation Suez : 24,8 %

Structure du projet

  • Maitre d’ouvrage : Commune de Bama
  • Maitre d’oeuvre : Solidarité Eau Sud avec appui de SEEPAT
  • Prestataire formation/sensibilisation : SEEPAT
  • Prestations d’entreprises : forages, puits, PMH, maçonnerie, ferronnerie (en phase 2 : implication d’entreprises locales avec renforcement des capacités).
  • Prestations villageois : travaux de manoeuvres sous pilotage du CVD